Top

4 Conseils pour faire un webinar qui déchire !

Réaliser une performance qui inspire, qui donne envie de s’engager avec vous. Prendre le décision de faire du webinar est souvent suivi d’une question : “comment faire de ces prestations des prestations mémorables ?“. L’idée selon laquelle on va faire des webconférences pour parler de soi et mettre en avant ses prestations, ses produits, est une vision disons-le d’emblée, erronée. Votre soucis dès lors que vous prendrez la parole ne doit pas être de savoir si vous allez vendre. A partir du moment où vous commencez à parler vous allez surtout devoir être capable d’apprendre à votre audience. Vous allez devoir devenir un expert à leurs yeux, travailler votre image, être pertinents, avec en ligne de mire un but : vos participants, les personnes qui verront le replay doivent se souvenir de vous durablement !

Dans cet article, nous allons vous donner des pistes pour vous faire une idée de ce que vous pouvez faire pour toucher vos cibles, et leur proposer une expérience enthousiasmante et adaptée à leurs attentes ! 

Connaissance de sa cible

La première étape à remplir pour réaliser un bon webinar, ce n’est pas d’étudier ce que vous pourriez dire pour marquer votre audience. Vous pouvez dire une multitude de chose, énumérer pléthore d’informations, mais elles n’ont aucune portée si vous ne savez pas à qui vous vous adressez !

Pour cela, il y a des informations que vous devez à tout prix connaître avant d’envisager passer à la création de votre contenu.

Qui est votre prospect ? Vous devez avoir en tête le profil type de la ou des personnes que vous souhaitez attirer dans votre salle de webinar. C’est ce que l’on appelle la Buyer Persona. Vous devez savoir quelles seront les habitudes, les problématiques des personnes auxquelles vous allez vous adresser. Ainsi, vous pourrez proposer un sujet et un contenu qui répondre à ce qu’ils attendent.

Quelles sont les habitudes de ma cible ? Si vous faites un webinar, c’est que vous avez la sensation que vous avez la faculter d’attirer une audience pendant un temps défini, comportant une présentation, mais aussi des sessions de questions/réponses, des discussions… La question à se poser est à quels moments de la semaine ils sont disponibles, à quelles heures ils sont le plus aptes à se libérer, et également, pour combien de temps ?

Comment avoir ces informations ? Les moyens d’obtenir ces informations sont divers. Vous pouvez directement demander à vos clients, pour obtenir ces informations. Il est également possible de réaliser des sondages auprès de ses prospects, pour savoir ce qu’ils aimeraient savoir. Votre CRM peut aussi être une bonne source d’informations, tout comme vos forces commerciales qui peuvent vous aider pour les obtenir.

Quelques idées de formats

Comme la partie précédente le suggère, il n’y a pas de “bon” ou de “mauvais” formats pour vos webinars. Selon les disponibilités, les comportements de votre cible, le bon webinar pourrait durer 15 minutes comme 60. Ceci étant dit, l’organisation de plus de 10.000 webinars nous a permis d’observer certaines règles.

La première, la loi des 10/25/65. Ces chiffres correspondent selon nous à la part de la présentation que vous accordez à chacune des 3 parties !

Se légitimer : vos audiences ne sont pas là pour vous entendre parler de vous, elles sont venues apprendre sur leur problématique. Vous pouvez parler de vous, mais pas plus de 10% du temps total de votre conférence. Souvent les éléments de marques suffiront à vous représenter, vous pouvez toujours prendre le temps (de préférence en fin de webinar), de parler de vous et de vos missions.

Raconter : N’hésitez pas à intégrer des histoires dans vos présentations. Plus facile à mémoriser, elles mettent en exergue les enjeux de ce que vous souhaitez présenter. Faisant appel à l’empathie, elles permettent de créer du lien avec vos audiences. Si vous arrivez à faire 25% de votre temps total avec du storytelling (ou plus !), c’est un véritable atout.

Eduquer : Le corps de votre conférence (65%), occupe en réalité le temps non alloué aux autres parties. Si vous ne vous légitimez pas, ou, ne faites pas appel au storytelling, cela peut être largement plus.

Le “cap des 25 minutes” : Si votre cible souhaite des présentations détaillées,  longue durée, vous devez être conscient d’un autre aspect. Le cerveau humain perd de sa concentration autour des 20 minutes d’écoute, ce qui signifie que votre audience commencera à avoir plus de mal à vous écouter à partir de ce moment-là. On observe en général les premiers participants qui quittent la conférence à partir des 25 minutes. Cela ne veut pas dire que vous devez faire moins que cela, juste prévoir des moments qui permettent de couper le flot de la présentation, en faisant participer vos audiences de temps en temps. Prévoyez des sondages, quizz, questions/réponses de temps en temps pour animer – et reprendre avec toute l’attention de vos participants.

Storytelling & chiffres

Nous avons déjà évoqué le storytelling, nous allons aussi parler des chiffres.

Les informations factuelles que vous fournirez lors de votre présentation sont susceptibles de plaire, mais elles ont beaucoup moins de chance de rester durablement avec vous. Même si l’orateur est excellent, qu’il sait mettre en avant les points clés, le cerveau humain perdra 90% des informations obtenues d’ici la semaine qui suivra votre webinar.

Ceci n’est néanmoins pas une fatalité. Le cerveau humain a besoin de faire appel à ses deux hémisphères pour mieux mémoriser. Il a besoin d’avoir des émotions, mais également d’être alimenté dans sa sphère plus pragmatique.

Pour transférer des émotions, pour convaincre, rien de mieux que de partager une histoire. L’idée est de mettre en scène l’information que vous transmettez, en créant une histoire ou en partageant une anecdote. Selon Tenfold, 65 à 70% des informations transmises par un storytelling sont conservées par le cerveau, seulement 5 à 10% pour une présentation à base d’informations brutes.

Le principe du storytelling :

 

Les statistiques, elles, font moins facilement appel à l’émotion. Ce n’est pas pour autant qu’elles ne vont pas vous permettre de marquer votre audience. Un graphique, une donnée, un calcul qui permet d’établir un constat est également précieux pour aider votre audience à se souvenir de vous. Toutefois noté qu’il ne faut pas dépasser 4/5 données chiffrées dans une même conférence, au risque de lasser mais aussi de complexifier la mémorisation.

Favoriser la participation

Obtenir une véritable interaction est crucial pour engager vos audiences. Une audience engagée sera beaucoup plus susceptible de vous répondre et de vous accorder de l’attention. Réussir à interagir dépend de deux facteurs : inciter et incarner.

Inciter car il convient qu’avant la conférence, pendant la conférence et au termes de votre présentation vous n’hésitiez pas à pousser votre audience à s’exprimer, à partager ses interrogations. Il est nécessaire qu’ils sachent rapidement à quels moments ils recevront des réponses à leurs questions, mais également qu’on leur donne l’élan pour prendre la parole. Inciter c’est également briser la glace. L’avant-webinar est souvent un moment intéressant pour discuter avec les premiers arrivés, et faciliter les discussions durant la conférence. Aborder des sujets triviaux, vous permet de tisser un climat favorable à l’expression. Enfin, vous pouvez donner un coup de boost à l’échange en proposant des sondages, des jeux, des quizz, qui participeront à rendre votre présentation mémorable, tout en permettant de rebondir et de discuter. A vous finalement de nourrir l’échange !

Incarner que votre attitude est susceptible d’inviter d’elle-même à la discussion. Votre but est que votre audience vous écrive via le chat. Or si votre débit de parole (au moins 190 mots/minutes) donne l’impression que vous discutez directement avec vos participants, ils vont nécessairement avoir plus envie de vous répondre, de vous interroger. De même, la manière dont vous répondez aux questions a un impact direct sur le flot d’échanges que cela va générer. Plus vous répondez rapidement, plus vous donnez envie de se lancer. Plus vous répondez rapidement et plus de personnes pourront rebondir. A vous ensuite de savoir quand il est temps de reprendre le fil de votre présentation !

Avec ces 4 sections, vous avez beaucoup d’éléments pour vous lancer, et réaliser un excellent webinar. Connaître son audience et savoir réagir en fonction est crucial. A vous de créer le contenu pour, désormais !

Envie d’aller plus loin ?

Nouveau call-to-action

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Partager
Masquer